SOLEN-Solidarité Enfance Népal

Bienvenue sur le site de l’association SOLEN-Solidarité Enfance Népal.

 Association humanitaire à but non lucratif, elle est régie par la loi de 1901 et déclarée à la préfecture des Yvelines le 07 décembre 2016 (annonce n° 1552).

Son siège social est situé 14 rue Montaigne à VELIZY VILLACOUBLAY 78140.

L’association a été créée le 25 novembre 2016.
Membres fondateurs de l’Association :
• François DUBEUF
• Danièle EHRSAM
• Maryse TRAVERSAC

L ‘objet de l’Association est d’entreprendre et de promouvoir :

• les actions humanitaires au Népal qui tentent d’apporter des solutions pour assurer le logement, la nourriture et la scolarisation des enfants de Shree Mukti Bal Kayan Kendra et de Peace Land Foundation ou de tout autre orphelinat ;
• le financement de la construction d'écoles dans les villages reculés ;
• ainsi que des aides spontanées diverses, notamment en cas de catastrophes naturelles.

Composition du Conseil d’administration :
François Dubeuf, Michèle Dubeuf, Danielle Ehrsam, Anne Ruffio, Maryse Traversac et Denise Spaite.

Composition du Bureau :

membres fondateurs
 

 

Posté par SOLEN NEPAL à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 octobre 2018

ORPHELINATS ET TOURISME HUMANITAIRE AU NEPAL

P1000195

 Trafic et exploitation dans les foyers pour enfants

Plus de 11 000 enfants grandissent dans les ‘orphelinats’ du Népal. Cependant il est estimé que deux tiers d’entre eux ne sont pas de vrais orphelins. Malgré les lois et les politiques, tant internationales que népalaises, œuvrant contre l’utilisation des foyers pour enfants (sauf en tout dernier ressort), des milliers d’enfants continuent à être retirés à leur famille et placés dans un foyer.

Les « orphelinats » sont devenus des entreprises commerciales au Népal, profitant d’une part, des parents qui sont trompés quant à l’avenir de leurs enfants et d’autre part des touristes étrangers bien intentionnés qui versent des fonds en croyant aider de vrais orphelins. 90 % des 759 foyers pour enfants au Népal sont situés dans les régions « à touristes » (Katmandou, Lalitpur/ Patan, Bhaktapur, Kaski et Chitwan). Les enfants qui vivent dans les « orphelinats » sont parfois maltraités, et selon les données gouvernementales, seulement 10% des foyers pour enfants au Népal se conforment aux normes juridiques du pays. Il est très fréquent pour les enfants dans les foyers de ne pas pouvoir rendre visite à leurs familles et de devoir mentir au sujet de leur nom et de leurs origines. Dans certains cas, ils sont même victimes d’abus physiques, psychologiques et sexuels. Cette enfance brisée leur laisse d’importantes séquelles sociales à l’âge d’adulte. Les foyers pour enfants essaient généralement de susciter la sympathie des touristes dans l’espoir d’obtenir des dons financiers. Malheureusement les dons des touristes vont à leur tour alimenter un besoin de « filleuls » qui se trouvent ainsi retirés à leur famille d’origine et placés en foyers.

 Orphelinats et Tourisme Humanitaire

Le « tourisme humanitaire » commence généralement lorsque des touristes paient un organisme bénévole, ou un foyer pour enfants afin de faire du bénévolat (quelques jours ou quelques semaines) Il existe de nombreux organismes au Népal et à l’étranger offrant ce type de service (il est probable que la plupart des agences basées à l’étranger ne sont pas conscientes des entreprises illicites auxquelles elles participent). Les touristes peuvent payer jusqu’à 200 $ par semaine pour faire du bénévolat dans un foyer pour enfants. Ce qui débute comme une « expérience » pour touristes en vacances évolue souvent vers une collecte de fonds pour « orphelinat » et dans certains cas, débouche sur la création d’une ONG dans le pays d’origine afin de soulever plus de fonds.

Ambassade de France à Kathmandu.

Posté par SOLEN NEPAL à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2018

Flash infos n°5 : 3 ans après, la difficile reconstruction de Kathmandu

Ancien palais royal

Reportage de France 2 France Télévisions

Mis à jour le 20/06/2018 | 21:49 - publié le 20/06/2018 | 21:49

https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/seisme-au-nepal/nepal-la-difficile-reconstruction-de-katmandou_2811607.html#xtor=RSS-3-%5Bmonde%5D

Vu du ciel, Katmandou (Népal) a repris des couleurs. Trois ans après les séismes dévastateurs, tous les immeubles d'habitations sont reconstruits, à quelques exceptions près, et pourtant, personne n'a oublié. Car il reste des stigmates : les temples, les palais et les monastères millénaires sont toujours en ruine et viennent réveiller les souvenirs chez les habitants. Le 25 avril 2015, le tremblement de terre frappe le pays en fin de matinée et cause la mort de 9 000 personnes au moins, mais aussi la destruction totale ou partielle de 2 900 monuments.

Un manque de moyens

Le problème, c'est que le Népal manque d'argent et que le patrimoine n'est pas la priorité. Quand le gouvernement décide tout de même de reconstruire certains édifices, c'est un fiasco, faute de moyens. "Ils utilisent tout ce qu'il y a de moins cher et même les ouvriers sont les moins qualifiés pour économiser un maximum d'argent", explique Alok Tuladhar, militant pour le groupe "Save the heritage". Seuls les chantiers financés par des pays étrangers avancent. Sur tous les sites classés au patrimoine mondial, l'Unesco observe les restaurations en cours de très près. Selon les sismologues, les prochains séismes au Népal seront probablement plus destructeurs encore. Le pays doit à la fois poursuivre sa reconstruction et anticiper les futures secousses.

Kathmandou (1)  Kathmandou (2)

Posté par SOLEN NEPAL à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2018

ASSEMBLEE GENERALE DU 25 MAI 2018

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE SOLEN-Solidarité Enfance Népal

Du 25 mai 2018 A BOURBACH LE BAS (68290)

photo

L’assemblée générale SOLEN-Solidarité Enfance Népal a été convoquée le 25 mai 2018 à 18h à la salle de l’ancienne école à 68290 – BOURBACH LE BAS.

 Etaient présents :

Conseil d’Administration : Dubeuf François, Dubeuf Michèle,  Ehrsam Danielle, Spaite Denise

Adhérents : 11 - Membres représentés : 47

 La séance a débuté à 18h15 - Secrétaire de séance : Michèle Dubeuf 

 REMERCIEMENTS

François Dubeuf préside l’Assemblée Générale et remercie les personnes présentes. Il remercie également la municipalité de Bourbach le Bas d’avoir bien voulu nous prêter la salle.

ORDRE DU JOUR

1 - Rapport moral - activité 2017

2 - Rapport financier 2017 – Budget prévisionnel 2018

3 - Approbation des rapports

4 – Renouvellement des Membres au Conseil d’Administration

5 – Présentation des objectifs 2018 – 2019

6 - Questions – Réponses

 

François Dubeuf, président,  rappelle l’objet social de l’association dont la création remonte au 25 novembre 2016.

SOLEN-Solidarité Enfance Népal a été créée le 25 novembre 2016 à l’initiative de Danielle Ehrsam, Maryse Traversac et François Dubeuf.

L’objet social est le suivant : entreprendre et promouvoir 

  • les actions humanitaires au Népal qui tentent d’apporter des solutions pour assurer le logement, la nourriture et la scolarisation des enfants de Shree Mukti Bal Kayan Kendra et de Peace Land Foundation ou de tout autre orphelinat
  • le financement de la construction d'écoles dans les villages reculés
  • ainsi que des aides spontanées diverses, notamment en cas de catastrophes naturelles.

NEPAL

Le Népal s’étend sur environ 800 km et sa largeur varie entre 90 km et 230 km entre les hauteurs de l’Himalaya et les jungles étouffantes des plaines indiennes, bordé au nord par la Chine et, au sud, à l’est et à l’ouest par l’Inde.

Le Népal se présente comme une succession de vallées dont l’exploitation des ressources naturelles reste très difficile. C’est une zone sismique importante dont le dernier tremblement de terre (25 avril 2015 et une réplique majeure le 12 mai 2015) a tué près de 10.000 personnes et faisant des milliers de blessés et de sans-abri.

La population du Népal est estimée à 30 millions d’habitants (estimation 2016) et seulement 20% de la superficie totale du pays est cultivable. Le secteur agricole emploie 70% de la population et contribue au tiers du PIB. Le pays reste très dépendant des transferts des Népalais vivant à l'étranger (majoritairement en Inde), qui représentent également près du tiers du PIB. Le tourisme y contribue également dans une moindre mesure.

Le pays est sous perfusion du fond monétaire international et beaucoup d’hommes et de femmes «s’exportent» dans les pays du Golfe ou en Asie pour trouver un emploi.

 

Carte_Nepal

1- Rapport Moral

  • Dans l’attente de la réponse de l’administration fiscale quant à notre demande de rescrit mécénat, aucune action n’a été engagée durant les trois premiers trimestres  de l’année 2017.
  •  La réponse positive de l’administration fiscale courant octobre a permis d’engager notre première intervention au profit de Peace Land Foundation : une aide financière annuelle à hauteur de 2.400,00 euros. Cette somme permet à Peace Land Foundation d’assurer le quotidien alimentaire des enfants.
  •  Aucune intervention vis-à-vis de Shree Mukti malgré des besoins exprimés (une demande d’armoires) mais ne présentant pas d’urgence selon notre correspondant local, Bhim Tamang.
  •  Shila Sita : la reconstruction de l’école en est au stade des fondations, faute de financement pour terminer le 1er étage. Il manque 3.500 euros. En 2016, KETA KETI et AMZH ont participé au financement à hauteur conjointement de 7.500 euros. SOLEN souhaite que ce projet de reconstruction aboutisse et est prête à participer au financement qui permettra d’achever le 1er étage.
  •  Lycée St Dominique de Valréas : mise en place par un groupe d’élèves d’une action professionnelle et de promotion en faveur de SOLEN. De cette initiative, SOLEN a reçu un chèque de 90 euros.
  •  Création du blog SOLEN : 580 visiteurs en 7 mois.

ORPHELINAT Peace Land Foundation

La fondatrice de l’orphelinat, Chiree Maya Tamang (37 ans), est née en 1981. Elle a été mariée à l’âge de 16 ans et a eu 5 enfants dont le premier est décédé à l’âge de 2 ans. Son mari travaille dans une petite entreprise de vente et lui rend visite de temps en temps.

L’orphelinat a été fondé en 2010 et compte 13 pensionnaires dont 8 garçons de 5 ans à 16 ans et 5 filles de 7 ans à 16 ans. Les enfants peuvent aller à l’école et étudier jusqu’à leur entrée dans la vie d’adulte.

P7170417

 PEACE LAND FOUNDATION loue les bâtiments. Peu d’investissements ont été réalisés de leur part, l’orphelinat n’en a pas les moyens et  le propriétaire ne fait rien de son côté.

Le bail va être renégocié dans 2 ans et très certainement une augmentation est à prévoir, ce qui pourrait entrainer une délocalisation du centre d’accueil.

 Jusqu’en 2015, un népalais subvenait aux besoins, notamment alimentaires, des enfants. Ce dernier a cessé son aide suite à son départ à l’étranger.

Lors d’un voyage en 2016, Bhim Tamang m’a demandé de prendre le relais mais ce n’est que véritablement l’année passée que SOLEN est intervenue financièrement.

 

ORPHELINAT Shree Mukti Bal Kalyan Kendra

La fondatrice de l’orphelinat, Mme Kamala Maya Tamang (48 ans), est née en 1970. Elle a été mariée à l’âge de 13 ans et a eu 4 enfants. Elle vit séparée de son mari.

 L’orphelinat a été fondé en septembre 2005 dans un contexte de guerre civile. L’orphelinat offre un avenir à des orphelins dont les parents ont été victimes de la guerre civile et à des enfants socialement et financièrement discriminés.

L’orphelinat compte 24 pensionnaires dont 13 garçons de 7 ans à 19 ans et 11 filles de 3 ans à 23 ans. Les enfants peuvent aller à l’école et étudier jusqu’à leur entrée dans la vie d’adulte.

 4 anciens pensionnaires continuent de bénéficier du soutien de l’orphelinat au niveau de leurs études (2 poursuivent des études universitaires, 1 est en apprentissage et le dernier est moine bouddhiste.

 DSCF0922   

P1150711

Le terme d’orphelinat est impropre, celui de centre d’accueil est plus adapté. La présence des enfants relève soit :

  • d’un abandon pur et simple des parents
  • de parents qui n’ont pas les moyens financiers de nourrir leur enfant, de le scolariser
  • de parents décédés

Le cycle scolaire népalais démarre du « Kinder Garden », l’équivalent de la petite section maternelle et à l’issue du « grade 10 » les élèves passent un examen national, le SLC (« School Leaving Certificate »), pour pouvoir passer au « grand collège » (D’ailleurs, on dit qu’une école est bonne si elle a un bon taux de réussite au SLC).

Du grade 11 au grade 12 : Higher secondary school, c’est le « grand collège », l’équivalent de la première et de la terminale française. Un diplôme est de nouveau obtenu après le grade 12, mais il n’est délivré par l’Etat, donc de peu de valeur.

Après le grade 12, les élèves peuvent aller à l’université. L’université : d’abord 3 ans d’études pour obtenir le titre de « Bachelor ou Indergraduate ». Puis 2ans d’études et une année de thèse dans le titre de « Master » qui n’est reconnu que sur le territoire népalais. De nombreux étudiants essayent de faire leur thèse à l’étranger, en Inde notamment, pour que leur diplôme ait plus de valeur. (Source : http://www.salutterre.fr/)

Dans l’effectif féminin, vous pouvez constater qu’il y a une adulte de 23 ans. C’est encore très mal vu pour une jeune femme de s’installer seule. Dans le pire des cas elle peut être considérée comme une prostituée. En conséquence, la jeune femme reste dans la structure autant de temps qu’il le faut, dans l’attente d’un statut social qui lui permettra de quitter l’orphelinat.

 

2- Rapport financier présenté par François Dubeuf

Le compte de gestion au 31 décembre 2017 constate :

  1. Notre engagement vis-à-vis de Peace Land Foundation d’apporter une aide financière pour répondre aux besoins alimentaires ;
  2. Des dons qui permettent de mettre en place des actions.

36 Cotisants et 96 Donateurs.

99 Adhérents au 31décembre 2017

Le budget prévisionnel 2018 prévoit :

  1. une aide financière à la reconstruction de l’école Shila Sita ;
  2. et la poursuite de notre aide alimentaire à Peace Land Foundation.

 

3 - Approbation des rapports

  • Le rapport moral est approuvé à l’unanimité des membres présents ou représentés.
  •  Le rapport financier est approuvé à l’unanimité des membres présents ou représentés.
  • Le budget prévisionnel est approuvé à l’unanimité des membres présents ou représentés.

 

4 – Renouvellement des Membres au Conseil d’Administration

L’assemblée renouvelle sa confiance à M. Dubeuf François, Mme Dubeuf Michèle, Mme Ehrsam Danielle, Mme Ruffio Anne, Mme Spaite Denise et Mme Traversac Maryse en qualité de membres du Conseil d'Administration.

 

5 – Présentation des objectifs 2018 – 2019

  •  Maintien de notre aide alimentaire à Peace Land Foundation
  • Projet de soutien financier à la reconstruction de l’école Shila Sita
  • Répondre aux besoins ponctuels dans la mesure de nos moyens financiers

 

6 - Questions – Réponses

En préambule, rappel : SOLEN est une petite structure - Le but : faire peu mais bien.

Question 1 : quels sont les critères d’admission à l’orphelinat vu qu’il semblerait que les Tamang soient favorisés au détriment d’autres ethnies ayant tout autant besoin d’être aidées ?

Réponse 1 : 

  • Certainement ethnique mais on peut imaginer qu’il en serait de même pour les Chetri/Gurung. 
  • Demande de la part de parents ne pouvant plus subvenir aux besoins de leurs enfants ou de personnes
  • Enfants abandonnés (hôpitaux)

Le nombre d’admissions est limité car les enfants restent jusqu’à la fin de leurs études et qu’ils puissent subvenir à leurs besoins. Pour les jeunes femmes, Celle de 23 ans à critères pour partir : mariage, travail et pouvoir en vivre. Nous allons nous renseigner sur les critères d’accueil.

Il y plusieurs conditions pour admission aux orphelinats. 

  • Enfant dois vrai orphelinat pas de parents. 
  • Si les parents sont handicapés,
  • si mère ne peut pas s'occuper de ses enfants. Puis enfant dois être autorisé par VDC (village devlopment committe) et  district children welfare. . (e-mail Bhim Tamang 29 mai 2018) (VDC : comité de développement du village  et Aide sociale à l’enfance du district).

 

Question 2 : Finances : est-ce que les enfants travaillent dans l’orphelinat ?

Réponse 2 : 

  • A Shree Mukti, il y a du personnel rémunéré pour les tâches ménagères.

Orphelinat  Shree Mukti  Mme Kumari Tamang (Cuisinière) salaire Rs 5000 (40 euros) par mois payé par asso kéta kéti. Kamala et Krishna sont en bénévoles. (e-mail Bhim Tamang 30 mai 2018)

  • A Peace Land personne n’est rémunéré pour les tâches ménagères

 Personne n’est rémunéré dans l’orphelinat Peace land. La belle soeur de Chiri Maya fait la cuisine pour les enfants en bénévole. Les enfants ne travaillent pas dans les orphelinats. Les enfants à partir de 14 ans peuvent  laver leur vêtements eux même, apprendre à faire la cuisine, aident dans la cuisine et au jardin. Donner les cours aux petits. (e-mail Bhim Tamang 29 mai 2018)

Certains anciens pensionnaires travaillent ou ont des petits boulots et participent financièrement ou en nature (fruits..) aux dépenses de l’orphelinat. François Dubeuf rappelle qu’il faut faire très attention au choix des structures d’accueil que nous voulons aider en raison de l’exploitation des enfants par certaines structures d’accueil.

 

Question 3 : Lorsque les enfants sont abandonnés, est-ce définitif ?

Réponse 3 : Il peut y avoir abandon temporaire ou définitif.

 

Question 4 : Qui contrôle les fonds envoyés au Népal ?

Réponse 4 : Bhim Tamang, qui est également l’un des fondateurs de Mandala Trekking.

François Dubeuf rappelle que Bhim a participé à une vingtaine de constructions d’écoles et que son action humanitaire a été importante après le séisme (recherche de sponsors et de financements).

 

Question 5 : quel est le climat à Katmandou en hiver

Réponse 5 : Altitude 1200 m. En hiver, 4 ou 5 °C le matin, 20° C dans la journée, soirées froides.

 

Question 6 : A propos de Peace Land Foundation et de l’aide financière, l’orphelinat tient-il des comptes de leurs achats ?

Réponse 6 : Ils tiennent des comptes mais nous n’avons pas connaissance de chaque poste. Je reçois simplement un reçu mensuel de l’argent utilisé.

 

Question 7 : Quel est le régime de base ?

Réponse 7 : Le dal bhat à base de riz blanc, d’un bol de soupe aux lentilles, d’un curry de légumes, de  pommes de terre et de piment. Les jours de fête on y ajoute du poulet, buffle ou mouton.

 

Question 8 : Quelle est la langue officielle ?

Réponse 8 : Népali (fédérateur) L’anglais peut être utilisé comme langue administrative le recensement de 1991 a enregistré 60 castes et groupes ethniques,

 

Question 9 : La scolarité est-celle payante ? Qui finance ?

Réponse 9 : Oui elle est payante. Les orphelinats reçoivent des aides et dons de particuliers et d’ONG étrangères.

Shree Mukti : la scolarité est payante. Coute entre  rs 1800 /2500  (14.50 / 20.00 euros) par mois par enfant. (e-mail Bhim Tamang 30 mai 2018)

Peace land : La scolarité est payante. Ci joint billes (facture) annuel pour 11 enfants. (e-mail Bhim Tamang 29 mai 2018)(2490 euros annuel pour Peace Land).

 

Question 10 : A combien s’élève le loyer pour Peace Land Foundation

Réponse 10 : Réponse de Bhim Tamang (e-mail du 29 mai 2018)

Le montant du loyer de Peace Land Foundation est Rs 18000 par mois. Le bail renégocié tous les 2 ans qui va fini 16 Juillet 2018. Donc à partir du 17 Juillet il aura 32% augmentation prévue par propriétaire (Rs 24000 par mois) (18000 roupies = 143.50 euros   24000 roupies = 191.30 euros soit une augmentation de 47.80 euros)

Les espaces pour les potagers diminuent en raison d’une urbanisation galopante et il y a de fortes chances que Shree Mukti  soit obligé de rechercher un autre terrain plus éloigné. Les investisseurs étrangers (chinois et indiens) sont très présents et dans une moindre mesure les népalais. En conséquence à urbanisme débridé, construction de tours et loyers qui augmentent. Economiquement parlant, le tourisme n’est pas négligeable et une minorité s’enrichit.

 

Question 11 : combien y a-t-il d’enfants par famille ?

Réponse 11 : Je ne sais pas mais la démographie est maîtrisée en ville mais non dans les campagnes où il y a une forte natalité mais aussi beaucoup de décès d’enfants. 

Ci-dessous un extrait d’un articlehttp://zonehimalaya.net/Nepal/demographie.htm

Lors du dernier recensement effectué en 2001, la population du Népal s'établissait à 23,1 millions d'habitants. L'ONU (UNData) estimait cette population à 28,2 millions en 2007 tandis que la Central Intelligence Agency (CIA) l'estimait à 28,5 millions en juillet 2009.

 Structure d'âge

Les données du recensement de 2001 indiquaient que près de 40% de la population était alors âgée de moins de 15 ans tandis que le groupe d'âge des 60 ans et plus ne représentait que 6,5% de la population. Ce qui faisait de la population népalaise, une population jeune.

Avec un taux de fécondité élevé (4,1 enfants en moyenne pour chaque femme en âge de procréer), un taux de mortalité infantile très élevé (64 enfants décédant avant l'âge de un an pour 1 000 naissances) et malgré une faible espérance de vie à la naissance (59,4 ans), le taux de croissance annuel de la population se situait à 2,25%, un taux de croissance très rapide pouvant faire doubler la population en 30 ans.

Des données plus récentes, mais basées sur des estimations, indiquent qu'en 2009, la structure d'âge de la population du Népal se présentait comme suit : o à 14 ans : 36,6%; 15 à 64 ans : 59,2%; 65 ans et plus : 4,2%. L'âge médian était de 20,8 ans, soit 19,8 pour les hommes comparativement à 21,7 pour les femmes (estimation de la CIA).

Fécondité et mortalité

Les estimations récentes fournies par UNData indiquent pour la période 2005-2010 : un taux de fécondité de 3,3 enfants vivants par femme; un taux de mortalité infantile de 53,9 enfants /1 000 naissances; une espérance de vie à la naissance de 64,2 ans pour les femmes et 63,2 ans pour les hommes; un taux de croissance de la population de 2% par année.

Les estimations fournies par la CIA indiquent pour la seule année 2009 : un taux de fécondité de 2,64 enfants/femme; un taux de mortalité infantile de 47,46 décès/1 000 naissances; un taux de mortalité de 6,97 décès/1 000 population; une espérance de vie à la naissance de 66,67 ans pour les femmes et de 64,3 ans pour les hommes; enfin un taux de croissance de la population de 1,281%.

Globalement, ces estimations récentes comparées aux données du recensement de 2001 indiquent une amélioration sensible des principaux indicateurs démographiques.

 

Question 12 : Kéta Kéti  abandonne le projet Shila Sita, quelles en sont les raisons ?

Réponse 12 : J’ai contacté Dominique Koenig de KETA KETI dont la réponse est sans appel :

« Nous en avons parlé longuement en comité et tous unanimement nous avons décidé  ne plus apporter notre aide à Shilashita. 

C’est la première fois que nous stoppons un projet, c’est donc pas bien je le conçois mais-là, depuis le début ils nous racontent n’importe quoi (financièrement) et ils nous mènent vraiment en bateau ! Désolé pour Solen  Amitiés Dominique » 

 Suite à cette réponse, SOLEN prendra sa décision de soutenir ou non ce projet à l’issue du voyage prévu en novembre prochain. Nous irons rencontrer les acteurs locaux pour de plus amples informations. Notre représentant local, Bhim Tamang, est très ennuyé de cette situation et partage le sentiment de KETA KETI.

 

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 19 h 08.

Posté par SOLEN NEPAL à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2018

FLASH INFOS n°4 Assemblée Générale ordinaire le 25 mai 2018

Convocation Assemblée générale ordinaire

 Bourbach printemps (1)

Cher(e) adhérent(e), cher(e) donateur et donatrice,

Le conseil d’administration de SOLEN-Solidarité Enfance Népal a l’honneur de vous convier à l’Assemble Générale Ordinaire de l’Association qui se tiendra le vendredi 25 mai 2018 à 18h à Bourbach le Bas, salle de l’ancienne école, 9 rue de l’église.

 Veuillez trouver ci joint la convocation à l’assemblée générale. Convocation

En cas d’impossibilité d’y assister, merci de remplir le pouvoir et de le remettre à Madame Danielle Ehrsam, à Madame Anne Ruffio ou Madame Denise Spaite.

 Vous avez également la possibilité de me le retourner à l’adresse suivante : SOLEN Chez M. François Dubeuf 14, rue Montaigne  78140 VELIZY VILLACOUBLAY

ou par e-mail à : solen.contact@gmail.com

Je vous remercie, au nom de SOLEN, de votre confiance et j’espère que vous serez des nôtres le vendredi 25 mai 2018.

Je vous prie d’agréer, Cher(e) adhérent(e), Cher(e) donateur et donatrice, l’assurance de ma profonde gratitude.

 Le Président, François Dubeuf

 

Posté par SOLEN NEPAL à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 avril 2018

KUMARI DEVI : une déesse vivante

LE NÉPAL CÉLÈBRE TRISHNA SHAKYA, 3 ANS ET NOUVELLE «DÉESSE VIVANTE»

Kumari

Par Le Parisien avec AFP, 30 septembre 2017 | 12h20 

Au Népal, une fillette de 3 ans a été choisie pour devenir «Kumari»,l'incarnation de la déesse hindoue Taleju.

Des prêtres hindous ont intronisé jeudi une fillette népalaise de trois ans nouvelle «déesse vivante» de Katmandou, selon une tradition multiséculaire, et l'ont emmenée dans un palais où elle devra rester jusqu'à sa puberté. Vêtue d'une robe rouge, la nouvelle «Kumari» - considérée comme l'incarnation de la déesse hindoue Taleju - a été emmenée de la maison de sa famille jusqu'au Durbar Square, place historique de Katmandou qui porte encore les cicatrices du séisme de 2015.

Dans les bras de son père, Trishna Shakya a été portée à la résidence où elle restera cloîtrée jusqu'à ses premières règles. Elle ne pourra en sortir que quelques fois par an à l'occasion de fêtes religieuses - et toujours portée, car ses pieds ne doivent pas fouler le sol impur.

«Mes sentiments sont partagés. Ma fille est devenue la nouvelle Kumari et c'est une bonne chose. Mais il y a aussi de la tristesse à savoir qu'elle va être séparée de nous», a déclaré son père Bijaya Ratna Shakya.

Cette tradition multiséculaire, qui mélange éléments hindous et bouddhistes, était étroitement liée à la royauté qui a longtemps régné sur le Népal. Malgré l'abolition de la monarchie en 2008, le culte des Kumaris (mot provenant du sanskrit pour «princesse») a continué. Les défenseurs des droits des enfants sont très critiques vis-à-vis de cette coutume, qui prive selon eux les «déesses vivantes» d'enfance en les forçant à vivre coupées de la société.

En 2008, la Cour suprême du Népal a décrété que ces filles devaient recevoir une éducation, qui leur est désormais prodiguée à l'intérieur du palais. Les anciennes Kumaris ont témoigné des difficultés de réadaptation à la société après leur règne.

 Les Kumaris, filles prépubères de la communauté Newar, doivent répondre à de stricts critères, notamment physiques, comme un corps sans imperfection. Même si une fille remplit toutes les exigences physiques, elle doit également prouver sa bravoure en évitant de pleurer devant le sacrifice d'un buffle.

leparisien.fr

 

KUMARI-PALAIS-OK   Palais Kumari 

(Photo de gauche Jacotte.centerblog.net)   Entrée du palais de la Kumari à Kathmandu avant et après le séisme de 2015               

Le Népal, ce petit pays de légende situé entre la Chine et l’Inde, est le carrefour entre la route du sel et celle de la soie. Le pays inspire naturellement la beauté. Bouddha est né au Népal, et les déesses vivantes existent uniquement dans ce pays.

 Agée entre 2 et 4 ans, la Kumari (vierge en français), est une petite fille sélectionnée pour sa beauté afin d’incarner la divinité. Elle est enlevée à sa famille dès son plus jeune âge pour assurer ce rôle.

Ces très jeunes filles ne sont déesse que pour quelques années. Elles sont parfois choisies dès l’apparition de leur première dent de lait, et demeurent Kumari jusqu’à ce qu’elles atteignent leur puberté, caractérisée par l’apparition de leurs premières menstruations. Alors, elles reviennent brutalement à la vie normale, avec souvent de lourdes séquelles psychologiques et physiques.

La Kamuri est sélectionnée jeune et doit répondre à 32 critères physiques stricts qui vont de la couleur de ses yeux au son de sa voix. Les conditions de vie de la Kumari sont particulières. Elle se doit de respecter certaines règles comme ne pas marcher sur le sol (considéré impur), ou d’être fardée d’un maquillage contraignant, ou encore de porter des habits traditionnels rouges et de lourdes parures de bijoux.

Ces jeunes filles sont vénérées. Lors de leurs rares apparitions en public, leurs réactions sont scrutées car elles seraient porteuses de messages. A titre d’exemple, si la Kumari reçoit un présent en silence, c’est signe que le vœu fait lors de l’offrande sera réalisé. En revanche, si elle pleure ou si elle rigole bruyamment cela signifie que la mort ou la maladie peuvent arriver…

La Kumari est coupée de la vie normale que tout enfant devrait avoir. Elle ne va en général pas à l’école et vit toutes ses journées dans le calme absolu des temples une fois les rites d’habillement et de maquillage réalisés.

Bien que pour les défenseurs de cette tradition cela s’apparenterait à une vie de « princesse » – rêve de toute petite fille, en réalité il s’agit d’un réel manquement aux droits de l’homme. En effet, pour les défenseurs des droits cette pratique est une atteinte à la liberté et à l’éducation.

Une fois redevenues « mortelles », ces anciennes déesses vivantes sont confrontées à de nombreuses difficultés, à commencer par le simple fait de pouvoir marcher. Portées durant de nombreuses années par des serviteurs à chaque sortie du temple, leurs muscles ne se sont parfois pas assez développés. Certaines ne supportent pas de ne plus être adulées et de redevenir « normales ». Les séquelles psychologiques sont effectivement courantes. De plus, les Kumaris finissent souvent leur vie seule car, selon la légende, les épouser provoquerait la mort l’année suivante.

Après l’abolition de la monarchie au Népal en 2008, la Cour Suprême a demandé une enquête sur les conditions de vie des Kumaris. Dans sa décision, la Cour a statué que les jeunes Kumaris devaient avoir davantage de libertés et qu’une plus grande place devait être accordée à l’éducation.

Malgré cette avancée, cette tradition reste très discutée par les défenseurs des droits de l’homme, bien qu’aux yeux de beaucoup de népalais vivant dans la pauvreté, il est préférable pour une petite fille de grandir dans la peau d’une déesse plutôt que de grandir dans la rue…

Cette pratique traditionnelle au Népal n’est qu’un exemple de traditions religieuses ou sociologiques perpétrées à l’encontre des enfants. A l’instar des mutilations génitales féminines, il est de ces coutumes qui sont difficilement remises en question du fait de leur ancrage dans les mœurs des différents peuples concernés.

Ecrit par : Pauline Martinez - Relu par : Marion Brasseur

Humanium : Fondée le 20 novembre 2008 à Genève, Journée internationale des droits de l’enfant, Humanium est également représentée par des associations en France et en Allemagne.

 

Posté par SOLEN NEPAL à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2018

Shila Sita : le point sur l'avancement des travaux

DSCF1045

Ecole_Shila_Sita

Posté par SOLEN NEPAL à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2018

Voyage culturel 2018 : un avant goût

Voyage Culturel 01 

Faisant suite au flash infos n°3 du 26 novembre dernier, voici un avant-goût de ce voyage culturel. ce séjour de 15 jours sur place a été élaboré avec l'agence francophone Mandala Trekking. Pour tous renseignements complémentaires, veuillez consulter le flash infos n°3 ou bien contacter SOLEN à l'adresse suivante : solen.contact@gmail.com

02 novembre 2018 : Départ de France

 Voyage Culturel 00

03 novembre 2018 :

Voyage Culturel 2b

04 novembre 2018 : journée libre à Kathmandu. Nuit au même hôtel.

Voyage Culturel 03  Voyage Culturel 04

Voyage Culturel 05

 05 novembre 2018 : Avec guide culturel et francophone : Journée de découverte des joyaux de la vallée de Kathmandu. Balade dans les ruelles du vieux Kathmandu puis court  transfert pour Swyambhunath (Monkey Temple), et ville de Patan. Déjeuner à Patan. Nuit au même hôtel. (fête des corbeaux)

Voyage Culturel 05b

 Voyage Culturel 06

   Voyage Culturel 08

06 novembre 2018Découverte des deux superbes villages newar Bungamati et Khokana à l'ambiance moyenâgeuse, puis transfert pour le Temple de Pashupatinath et le stupa de Bodhnath. Nuit  au même hôtel. (Fête des Chiens)

Voyage Culturel 09

Voyage Culturel 10

07 novembre 2018 : Visite des 2 orphelinats Shri Mukti et Peaceland. Après-midi, départ pour la cité de Bhaktapur à 15 km de Kathmandu, la plus belle des trois villes royales. Nuit au Shiva Guest House à Bhaktapur (Fête des Lumières Laxmi)

Voyage Culturel 11

Voyage Culturel 12

Voyage Culturel 13

Voyage Culturel 14

Voyage Culturel 14b

08 novembre 2018 : Dans la matinée, balade à Bhaktapur puis visite de Changu Narayan, le plus ancien temple  de la vallée dédié à Vishnu. Puis route sur Nagarkot. Nuit à Nagarkot (2000m) Hôtel Chautari  (Fête du Taureau)

Voyage Culturel 15 

 Voyage Culturel 16

09 novembre 2018 : trek  Nagarkot/ Sankhu (2h30/3h – 9.500 kms) puis route sur Kathmandu. Nuit à l’hôtel Nirvana Garden (Fête des frères et sœurs)

 Voyage Culturel 17 

 Voyage Culturel 18

10 novembre 2018 : 

 Voyage Culturel 19

11 novembre 2018 : visite du camp de réfugiés tibétains, puis montée à la Pagode de la Paix (World Peace Pagoda) qui domine la ville et le lac. Nuit au même hôtel.

Voyage Culturel 20

Voyage Culturel 21

12 novembre 2018 :

  Voyage Culturel 22

13 novembre 2018 : route vers les lacs Begnas Tal et Rupa Tal (2h). Nuit à Rupa Tal. Hôtel Begnas Lake lodge.

Voyage Culturel 23 Voyage Culturel 24

14 novembre 2018 : Retour sur Pokhara. Après-midi libre. Nuit à l’hôtel Fairmount

Voyage Culturel 25

Voyage Culturel 26 Voyage Culturel 27

15 novembre 2018 :  Avion sur Kathmandu. Nuit à l’hôtel Nirvana Garden. 

Voyage Culturel 28

Voyage Culturel 29

Voyage Culturel 30

16 novembre 2018 : Journée libre à Kathmandu. Nuit au même hôtel.

Voyage Culturel 31

Voyage Culturel 33

Voyage Culturel 32

17 novembre 2018 : Départ-transfert aéroport Tribhuvan

qatar-airways

  etihad-airways

 

Posté par SOLEN NEPAL à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2017

Le journal de l'année 2017

P7160699

Lo Manthang (Mustang)

SOLEN_Bulletin_d'informations_2017

 

Posté par SOLEN NEPAL à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2017

flash infos n°3 Voyage culturel 2018

Bhaktapur le marché des potiers 

Bhaktapur le marché des potiers

SOLEN vous propose un voyage à la découverte d’un pays attachant par de nombreux aspects. Attachant par ses gens, sa culture, ses paysages variés et ses fabuleux sommets.

Le mélange d’hindouisme indien et de bouddhisme tibétain confère au Népal une omniprésence du sacré dans la vie quotidienne des népalais.

 Le Népal se remet lentement du séisme d’avril 2015, surtout dans les villes anciennes de la vallée de Katmandou. Lors de mon dernier déplacement en juillet dernier, j’ai constaté que la reconstruction allait bon train et que les traces des destructions disparaissaient au fil des jours. Les centres historiques sont reconstruits à l’identique pour préserver pour les générations futures le caractère sacré des temples et autres palais, un héritage universel pour l’humanité.

 Découvrir Katmandou et sa vallée aux 3000 temples pendant les fêtes de Tihar est un moment unique. Nous irons également à la rencontre des enfants des orphelinats que SOLEN soutient financièrement grâce à vos dons.

Ce voyage vous emmènera aussi à Pokhara, au pied des Annapurna, où vous pourrez contempler le Machapuchare (6997m) se refléter dans les eaux du lac Phewa Tal et apprécier la douceur des lieux.

 Ce séjour est organisé par Mandala Trekking, agence francophone  établie depuis 1988 à Katmandou. 

Les prix ont été calculés sur une base de 10/15 personnes et au-delà.

Le vol international vers Kathmandu n'est pas inclus afin de laisser libre choix de la compagnie aérienne.

Pour tous renseignements complémentaires : solen.contact@gmail.com

 

 

 

Posté par SOLEN NEPAL à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]