SOLEN-Solidarité Enfance Népal

Bienvenue sur le site de l’association SOLEN-Solidarité Enfance Népal.

 Association humanitaire à but non lucratif, elle est régie par la loi de 1901 et déclarée à la préfecture des Yvelines le 07 décembre 2016 (annonce n° 1552).

Son siège social est situé 14 rue Montaigne à VELIZY VILLACOUBLAY 78140.

L’association a été créée le 25 novembre 2016.
Membres fondateurs de l’Association :
• François DUBEUF
• Danièle EHRSAM
• Maryse TRAVERSAC

L ‘objet de l’Association est d’entreprendre et de promouvoir :

• les actions humanitaires au Népal qui tentent d’apporter des solutions pour assurer le logement, la nourriture et la scolarisation des enfants de Shree Mukti Bal Kayan Kendra et de Peace Land Foundation ou de tout autre orphelinat ;
• le financement de la construction d'écoles dans les villages reculés ;
• ainsi que des aides spontanées diverses, notamment en cas de catastrophes naturelles.

Bulletin_de_soutien

Composition du Conseil d’administration :
François Dubeuf, Michèle Dubeuf, Danielle Ehrsam, Anne Ruffio, Maryse Traversac et Denise Spaite.

Composition du Bureau :

membres fondateurs
 

 

Posté par SOLEN NEPAL à 18:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


18 mai 2019

Flash infos n°12 : Mustang, le royaume des peintres paysans sur France 5 samedi 25 mai à 14h00

 

P7160593

Le royaume du Mustang, situé dans le Nord-Est du Népal, propose un décor époustouflant avec ses canyons rouges, ses cités troglodytes en plein désert d'altitude, et ses sommets himalayens en toile de fond. Un peuple de paysans-commerçants y vit depuis un millénaire. Longtemps interdits aux étrangers en raison de la proximité avec le Tibet chinois, ses trésors ne furent découverts qu'il y a dix ans. Luigi Fieni, peintre italien d'art sacré, est alors chargé de restaurer les peintures des temples de la capitale. Pour parvenir à accomplir cette tâche de grande ampleur, il enseigne son savoir-faire aux habitants volontaires.

P7160875

Malgré de nombreuses longueurs, cette épopée réserve des paysages magnifiques et des rencontres hors du commun.

Posté par SOLEN NEPAL à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2019

Flash infos n°11 : les maîtres des abeilles le 03 mai sur France 5

Rock_Honeybee_ Apis_dorsata

Vendredi 03 mai à 12h20 sur France 5 / les maîtres des abeilles : Népal, les Gurungs et l'abeille géante

Au Népal, dans la région du Manaslu, à 2000 mètres d’altitude, vit l’ethnie Gurung. Chaque année, quelques-uns des siens sont élus pour affronter l'abeille géante de l'Himalaya. C’est le cas de Lal Bahadur, l’un des plus grands chasseurs de miel de la région qui habite à Laprak.

Celui-ci part récolter sur les falaises un miel reconnu comme l’élixir de jouvence des Gurung. Un travail dangereux, mais dont la récompense constitue une ressource précieuse pour les villageois. Le miel est le signe d’une solidarité inaltérable, indispensable à la survie d’un peuple millénaire.

Posté par SOLEN NEPAL à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2019

Flash infos n°9 : Assemblée Générale le 02 mai 2019

 

Le conseil d’administration de SOLEN-Solidarité Enfance Népal a l’honneur de vous convier à l’Assemble Générale Ordinaire de l’Association qui se tiendra le jeudi 02 mai 2019 à 18h30 à Vélizy-Villacoublay 78140, centre Maurice Ravel, salle Renoir, 25 avenue Louis Breguet.

 Vélizy lever coucher octobre 2006 014  Résultat de recherche d'images pour "velizy centre ravel exposition"

L’Ordre du jour sera le suivant :

1°) Rapport moral - activité 2018

2°) Rapport financier 2018 – Budget prévisionnel 2019

3°) Approbation des rapports

4°) Renouvellement des Membres au Conseil d’Administration Nous vous invitons à faire connaitre votre éventuelle candidature.

5°) Présentation des objectifs 2019 - 2020

6°) Questions-Réponses

Conformément à nos statuts, seuls les adhérents à jour de leur cotisation peuvent participer aux votes. N’hésitez pas à régler votre cotisation !

 François Dubeuf, président

Posté par SOLEN NEPAL à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2019

Flash Infos n°10 (ex 08) : Népal le voyage inattendu sur France 5

Echapées Belles sur France 5 à 10H20 dimanche 21 avril 2019 - Magazine présenté par Sophie Jovillard

 

Echappeesbelles-preview-2300

 

Népal, le voyage inattendu. Sans nul doute de très belles images et rencontres ce samedi, en première partie de soirée sur France 5.

Le 25 avril 2015, le Népal subit l’un des plus violents tremblements de terre qu’ait connu le petit Etat himalayen. Le séisme provoquait la mort de près de 9 000 personnes. Aujourd’hui, si les reconstructions ont largement permis au pays de se relever, le Népal porte encore les stigmates de cette catastrophe.

Pourtant, les visiteurs sont de plus en plus nombreux à venir. 2017 a été la meilleure saison de tous les temps avec 940 000 touristes. La chaîne de l’Himalaya attire toujours plus de randonneurs avides d’arpenter des sentiers parmi les plus beaux du monde pour des treks emblématiques dont celui du mont Everest qui culmine à 8.850 mètres !

Au cœur d’une population accueillante et tournée vers le tourisme solidaire, Sophie Jovillard découvre ce pays mondialement connu pour son milieu naturel et son berceau de spiritualité.

Les reportages :

  • 1000 façons de découvrir le Népal
  • La folie des grandeurs
  • Cuisine sous influence
  • Des ponts pour relier les hommes
  • La médecine népalaise
  • Le Pasni, la fête des bébés.

Posté par SOLEN NEPAL à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 avril 2019

Le Népal touché par une tempête dévastatrice

Par RFI Publié le 01-04-2019 Modifié le 01-04-2019 à 18:06

Au moins 27 personnes ont été tuées et plus de 600 blessées lors d'une tempête qui a frappé dimanche 31 mars le sud du Népal.

tempête mars 2019                                   Un village détruit dans la région de Bara après le passage d'une tempête dévastatrice, le 31 mars.REUTERS/Navesh Chitrakar

Un puissant orage a balayé dimanche soir le district rural de Bara - au sud de la capitale Katmandou - et ses alentours, endommageant des maisons, déracinant des arbres et renversant des poteaux électriques. Les vents soufflaient si fort qu'ils ont renversé un bus qui transportait des passagers, selon des témoins.

Nombre de victimes ont péri écrasées par les gravats de leur habitation ou des arbres ou poteaux arrachés. Les secours peinent à atteindre nombre de zones sinistrées, les axes étant parfois encombrés de débris. Le souffle était tel qu'il a fait basculer des voitures garées dehors.

« Les forces de sécurité, dont l'armée, travaillent intensément depuis la nuit de dimanche pour secourir et apporter de l'aide », a déclaré Rajesh Poudel, responsable administratif du district de Bara. Le terrain accidenté du Népal et ses infrastructures limitées font que les secouristes peinent souvent à accéder aux régions touchées par des catastrophes naturelles.

« Il ne nous reste plus rien »

« Les vents ont tout emporté, ma maison et ma famille », témoigne Ram Babu Patel, qui a perdu sa femme dans la tempête, joint par l'AFP par téléphone. « Il ne nous reste plus rien. » Prakash Tharu, un bénévole sur le terrain, a décrit des scènes de dévastation dans les villages : « La tempête a tout détruit sur son chemin. Les maisons n'ont plus de toit et les arbres sont tous par terre », avant d’ajouter : « Il y a un besoin urgent de nourriture et d'aide ».

Les hôpitaux locaux faisaient face à un afflux de blessés en provenance des zones affectées par le sinistre. Au moins sept personnes ont été transportées par voie aérienne jusqu'à Katmandou pour y être hospitalisées. Le gouvernement provincial a annoncé la gratuité des traitements médicaux pour les blessés ainsi que le versement d'une indemnité de 300 000 roupies (2 400 euros) aux familles des personnes décédées.

Des centaines de personnes meurent chaque année dans des inondations et glissements de terrain durant la mousson au Népal. Il est cependant rare qu'une tempête au printemps, saison chaude et sèche, fasse autant de dégâts et de victimes.

(Avec AFP)

Posté par SOLEN NEPAL à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2019

L'exil menstruel : une réalité au Népal

Au Népal, des femmes forcées à un exil menstruel. 

Par LIBERATION, avec AFP — 3 mars 2017 à 18:44

Pratique liée à l'hindouisme, la «chhaupadi» bannit les femmes du foyer le temps de leurs règles, lorsqu'elles sont alors considérées comme impures. Elles n'ont pas le droit de toucher la nourriture destinée aux autres, ni les icônes religieuses, le bétail ou les hommes.

Exil menstruel         

Nous sommes le 3 février 2017 et Tum Kumari Giri, Népalaise, a ses règles. Elle contemple une hutte Chaupadi dans le district de Surkhet, à 520 kilomètres de Katmandou. AFP

La petite hutte au toit de chaume dans l'ouest du Népal ne protège guère du froid. Et pourtant Pabrita Giri doit s'y exiler à chaque cycle menstruel en vertu d'un rituel hindou vieux de plusieurs siècles. «Maintenant, j'y suis habituée. Au début, j'étais effrayée car j'étais loin de ma famille durant des nuits sombres», raconte à l'AFP la jeune femme de 23 ans. Pratique liée à l'hindouisme, la «chhaupadi» bannit les femmes du foyer le temps de leurs règles, lorsqu'elles sont alors considérées comme impures. Elles n'ont pas le droit de toucher la nourriture destinée aux autres, ni les icônes religieuses, le bétail ou les hommes. «Nous pensons que si nous ne suivons pas la chhaupadi, des malheurs nous arriveront, alors que dans le cas inverse, (les dieux) nous seront favorables»,explique Pabrita.

Dans certaines régions du Népal, les femmes venant tout juste d'accoucher doivent passer jusqu'à un mois dans la hutte bâtie à l'extérieur de la maison, aussi appelée «chhau goth». Mais deux décès récents liés à cette pratique ancestrale - une femme morte asphyxiée par la fumée du feu qu'elle avait allumée dans sa hutte pour se réchauffer; l'autre décès inexpliqué - ont relancé les appels à y mettre fin. Officiellement, la chhaupadi est interdite depuis une décennie, mais la pratique perdure au nez et à la barbe des autorités. Une proposition de loi actuellement examinée au Parlement népalais compte aller plus loin (au moins sur le papier) en prévoyant une peine de prison pour toute personne qui forcerait une femme à se conformer à cette pratique.

Trois foyers sur quatre à Katmandou

Mais des tentatives similaires par le passé se sont déjà heurtées aux profondes superstitions qui entourent ce rituel. Dans un village à quelques kilomètres de celui de Pabrita, Khagisara Regmi réfléchit à se construire sa propre hutte. Après la mort de son mari il y a huit ans, cette femme de 40 ans trouvait trop difficile de suivre cette pratique tout en élevant quatre jeunes enfants. Mais son unique fils a commencé à avoir des crises, vraisemblablement épileptiques. L'hôpital local n'arrivant à les guérir, elle s'est tournée vers un chaman local qui a attribué la condition de son fils au non-respect de la chhaupadi par la mère. «Parce que je n'ai pas respecté le principe de pureté, les dieux étaient mécontents. Ce n'était pas bon pour mon fils», dit-elle.

Dans le Népal rural, les chamans de village, qui occupent le vide laissé par des services de santé déficients, et les personnes âgées s'érigent en gardiens de la tradition. Sabitra Giri, 70 ans, se souvient avec colère de la tentative de la rébellion maoïste contre la monarchie, pendant la brutale guerre civile de 1996-2006, de mettre fin à la chhaupadi dans le cadre d'une campagne contre la religion. «Tant que je serai vivante, cette pratique continuera !», lance-t-elle.

Même dans la capitale Katmandou, trois foyers sur quatre pratiquent une forme de bannissement pendant les règles, en leur interdisant généralement l'accès à la cuisine et à la salle de prières, selon Pema Lhaki, une militante pour les droits des femmes. La plupart des tentatives qui ont eu lieu dans le passé pour combattre cette tradition ont privilégié la destruction des huttes. Mais cela n'a pas empêché les femmes d'être expulsées de leur foyer, les forçant parfois à dormir dans des cabanes plus rudimentaires ou même dehors. Pour Pema Lhaki, détruire ou non les huttes menstruelles n'est pas le sujet: le succès, ce sera quand les femmes ne se rendront plus dans ces huttes même si celles-ci continuent d'exister.  LIBERATION avec AFP

Posté par SOLEN NEPAL à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2019

Flash infos n°7 documentaires sur ARTE

Sur ARTE à 15h35 cet après-midi : NEPAL, LA VOIX DES FEMMES.

Tourné sur plusieurs années, ce documentaire suit le parcours d’une jeune femme, Nisha Budha, originaire d’un village montagneux isolé de l’ouest du Népal et devenue guide de trekking à Pokhara après une formation à l’écotourisme organisée par une ONG, Empowering Women of Nepal.

Le portrait intime d’une jeune Népalaise et de sa culture en pleine transition.

REDIFFUSION LE mardi 26 février sur ARTE à 15h35.

 Habiter le monde – Népal

Sur ARTE, le dimanche 17 février à 04H15 : LO MANTHANG, sur le toit du monde. Etonnante cité fortifiée à plus de 4000m d’altitude, c’est là que vivent les Lopas.

 Mustang 104 LO MANGTHANG

Mustang 106 LO MANGTHANG

LUNDI 25 février sur ARTE à 11h10 : Népal , le retour des enfants des neiges

Le retour dans leurs villages isolés du Népal, région du DOLPO, de trois adolescents qui ont passé de longues années comme internes à Kathmandu.

 TOUS CES DOCUMENTAIRES SONT DISPONIBLES SUR WWW.ARTE.TV

 

Posté par SOLEN NEPAL à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2019

Népal: une reconstruction en souffrance

02.10.2018 Journal La Liberté (Fribourg)

Article de PAUL GROSSRIEDER.

P7190766

Avril-mai 2015, le Népal subit des tremblements de terre très sévères. Selon les autorités nationales, une trentaine de districts (sur 75) sont gravement touchés. Sur les 32 millions d’habitants, huit ont vu leurs maisons détruites ce qui, d’après la liste établie par le gouvernement, représente 700 000 bâtiments à reconstruire. Or, la construction d’environ 100 000 d’entre eux n’a pas encore commencé à ce jour et le reste est loin d’être achevé. Des 8000 écoles détruites, le gouvernement n’en a reconstruit qu’un tiers. Quant aux 750 sites du patrimoine historique à restaurer, si importants pour les revenus touristiques, seule une moitié l’a été.

Au moment de la création de l’Agence nationale de reconstruction (2015), promesse avait été faite de tout reconstruire en cinq ans. Trois ans et demi plus tard, on est loin du compte. Année après année, environ 3 millions de personnes, des plus jeunes aux plus âgées, passent les quatre à cinq mois de mousson annuels sous des bâches ou dans des taudis en tôle.

Le gouvernement porte bien sûr une part importante de la responsabilité des retards. Le journal suisse La Cité, dans des articles très documentés, rapporte de nombreux cas de dysfonctionnement de l’aide à la reconstruction. L’organisation et la coordination sont défaillantes. La quantité prévue de matériaux nécessaires aux réparations est insuffisante et ces matériaux sont souvent de mauvaise qualité. Les informations et l’assistance technique concernant les normes antisismiques sont mal diffusées et parfois inadaptées aux capacités existantes en zones reculées.

Pour aggraver encore la situation, le blocus de la frontière avec l’Inde, d’où vient la majeure partie des matériaux, a contribué aux retards dans la reconstruction. Sur le plan politique, la période de reconstruction coïncide avec une profonde restructuration de l’Etat. La nouvelle Constitution prévoit une forte décentralisation des institutions et donne aux sept nouvelles Provinces des pouvoirs correspondants à ceux des cantons suisses. Mais cette restructuration n’est pas encore opérationnelle. Ainsi, les anciens responsables de la reconstruction se déchargent sur les autorités provinciales, qui sont encore très désorganisées et dépassées par la complexité de la tâche.

Parmi les causes du retard, il faut ajouter les problèmes de financement. La conférence des pays donateurs de 2015 avait totalisé des promesses de contributions à la reconstruction pour un total de 4,2 milliards de dollars, auquel s’est ajouté le milliard promis par l’Inde. Ces montants devraient suffire, mais selon le Livre blanc du Ministère des finances (avril 2018), seuls 16% des montants promis ont été versés. De plus une partie de ces montants ne sont pas des dons, mais des prêts dont les intérêts sont à la charge du Népal. L’Inde, pour sa part, n’a encore rien versé.

P7190775  P7190767

La situation des populations victimes est alarmante. Il faut absolument que les autorités débloquent les fonds internationaux manquants et préviennent toute tentative de corruption – phénomène hélas trop courant dans le pays.(photos F Dubeuf)

Posté par SOLEN NEPAL à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2019

Flash infos n° 6 NEPAL, par delà les nuages

Manaslu

Si vous n'avez pas vu ce magnifique documentaire, vendredi 5 janvier sur France 5, cliquez sur ce lien jusqu'au 10 janvier.

https://www.france.tv/documentaires/societe/841145-nepal-par-dela-les-nuages.html

puis clique droit, sélectionner "accéder...." 

Un documentaire français d’Éric Valli : « NEPAL, par-delà les nuages » qui retrace le terrible séisme subit en avril 2015 par ce pays et notamment la vallée de la Nubri située au pied du Manaslu, un des plus beau 8000 de l’Himalaya.

 

 

Posté par SOLEN NEPAL à 16:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]